La fondue du mois d’octobre 2


Nous avons fait la fondue du mois d'octobre hier, soit le 3 novembre. Avec un peu de retard, mais pour notre défense, nous avions acheté tous les ingrédients (sauf le pain) au mois d'octobre.

Cette fois, nous avons eu un peu plus de difficulté à trouver le fromage idéal. Que ce soit en Caroline du Nord, en Caroline du Sud, ou en Géorgie, aucun fromage de production locale n'est disponible dans les supermarchés, et nous n'avons pas trouvé de fromagerie ou d'épicerie fine spécialisée. Il faut dire que Virginia Beach et Myrtle Beach ne sont pas les lieux propices à ça puisque les fast-foods et les commerces kitsch se succèdent les uns après les autres, à croire que ces lieux de villégiature ne veulent pas attirer les épicuriens. Les supermarchés comme "food lion" ou "farm fresh" ont de beaux produits frais et locaux dans les rayons des légumes et des viandes, mais les rayons des fromages font littéralement pitié. Le choix se résume à du parmesan, du cheddar et du gouda, sans oublier le Manchego (un fromage espagnol) pour satisfaire les latinos. Bref, rien de très local ou d'artisanal.

Gruyère Emmi

Gruyère Emmi

Nous nous sommes arrêtés chez Costco à Charleston, avant d'arriver à Savannah, pour acheter du vrai parmesan (nous avions presque terminé le bloc acheté au Québec avant notre départ). Après avoir stationné notre attelage de presque quinze mètres et six tonnes à travers huit cases de stationnement (les cases sont larges chez Costco!), ce qui ne devait pas faire l'affaire des autres clients en ce samedi après-midi très achalandé, et parcourus les allées en comparant les produits avec ceux que l'on trouve chez nous pour s'amuser, nous nous dirigeons vers le rayon des fromages. Ouf! Non seulement nous trouvons du Parmiggiano Reggiano original, mais aussi du Gruyère Emmi!

Par contre, évidemment, pas de Vacherin fribourgeois, il va falloir trouver autre chose et faire preuve d'un peu de créativité. Nous tombons sur un morceau de Vieux Gouda de chèvre très appétissant (Midnight Moon) et nous disons qu'il pourrait très bien faire l'affaire, avec peut-être un petit morceau d'Appenzell si nous en trouvons plus tard.

Finalement, pas d'Appenzell, mais nous découvrons quelques jours après sur un fromage italien, Piave, qui a l'apparence du Vacherin.

Gouda de chèvre midnight moon

Gouda de chèvre midnight moon

 

Il restait à trouver le pain! Ici, à moins de trouver une boulangerie française, le pain est mou et friable. Pour qu'il soit comestible au déjeuner, il faut le toaster. Je ne comprendrai jamais pourquoi les Américains aiment ce pain et je comprends encore moins comment ils sont capables de faire du pain avec une croûte molle. Un boulanger français qui ferait ça dans sa boulangerie en France subirait les pires moqueries du pays tout entier et ferait faillite dans les heures qui suivent.

On a beau essayer les différents modèles (french, italian et même pugliese!), ils ont tous le même goût et la même texture.

 

C'est lorsque nous passons devant un Aldi à St-Augustine que l'espoir renaît alors en nous... Nous achetons une ciabatta en espérant retrouver l'élasticité et le goût des originales, en se disant que ce serait toujours mieux que ce dont nous avons l'habitude.

 

Fromage Piave

Fromage Piave

Au moment de préparer la fondue, nous nous rendons compte que le seul vin blanc que nous avons est un Gewürztraminer, un vin alsacien trop doux... Bien sûr, nous aurions pu mettre du vin rouge, le Pinot Noir californien que nous avons acheté en carton de trois litres pour notre consommation occasionnelle (ou devrais-je dire quotidienne?) aurait pu faire l'affaire, mais Sarah n'avait pas envie de manger une fondue rose, comme si on trempait notre fourchette dans du Pepto-Bismol. Nous optons alors pour la bière.

 

J'ai au frigo deux sortes d'IPA locales (j'adore les IPA, et j'essaie d'en goûter au moins une par étape que nous faisons), et de l'Heineken (pour la soif, c'est bon l'Heineken quand on a soif). Et une Hoegaarden, une "Blanche de Chambly" et une "Fin du Monde" dans la réserve, sous l'évier de la cuisine. J'opte pour un blanche, celle de Chambly, car je trouve que les arômes de coriandre très présents dans la belge pourraient mal se marier avec les fromages, tout comme celui très houblonné des IPA. Et aussi parce que je veux garder les IPA pour les boire...

Nous ajoutons un peu de vodka afin d'augmenter le taux d'alcool, celui-ci étant important pour la réussite du plat. En effet, l'alcool contribue à ce que le fromage se lie convenablement avec le liquide et forme ainsi un mélange homogène durant la préparation. C'est de la chimie, amis chimistes qui lisez ces lignes si vous avez une explication convenable, vous pouvez nous en faire part. Nous n'aimons pas mettre du kirsch dans la fondue car nous trouvons ce goût trop présent dans le plat fini.

 

Blanche de Chambly

Blanche de Chambly

Le résultat était très réussi! Le problème du pain n'a toutefois pas trouvé de solution car la ciabatta dont nous nous somme servi avait exactement la consistance friable que nous redoutions, il s'est malheureusement émietté dans la fondue au fur et à mesure que nous mangions. Mais le goût était remarquable, et je ne serais pas gêné de servir cette fondue à mes invités si je trouvais un pain convenable. C'est totalement autre chose que la traditionnelle Gruyère-Vacherin, mais il faut sortir des sentiers battus! Bref, une belle expérience! Qu'avons-nous bu avec ça? Du Pinot Noir de Californie!

 

 

 

 

 

Recette:

- Gruyère suisse (un must), moitié du poids de fromage total

- Gouda de chèvre Midnight Moon, un quart du poids de fromage total

- Piave, un quart du poids de fromage total

- Blanche de Chambly

- Vodka

- Fécule de maïs ou de pomme de terre

- Ail

- Pain

- Kirsch de Colombier pour le coup du milieu

Pour la recette et les détails de la préparation, n'hésitez pas à communiquer avec moi! Bon appétit!


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2 commentaires sur “La fondue du mois d’octobre

  • Elisabeth

    Giovanni,
    Tu ne peux pas renier tes origines suisses! Il n’y a qu’un suisse pour arpenter tous les supermarchés à la recherche du bon fromage! Je suis d’accord avec Sarah. La fondue rose, ça ne me semble pas très appétissant…berk!
    J’ai hâte de voir avec quoi tu vas faire la prochaine fondue…toute une aventure!
    Elisabeth