New York


La grosse pomme! Il ne fallait pas manquer ça!
Nous arrivons au camping "Liberty Harbor RV park". C'est le camping le plus proche de New-York, situé dans le New-Jersey mais à un quart d'heure de Manhattan en métro, ou  de Wall Street en traversier. Il n'est pas nécessaire de prendre l'auto pour aller à New York, la station de métro est environ à 10 minutes de marche, alors que le quai pour le traversier est dans le camping. En fait, c'est pas vraiment un camping, c'est plutôt un gros parking assez moche... et plutôt cher! Les caravanes et les campers sont collés les uns aux autres et l'intimité est plutôt limitée. Mais on ne va pas là pour ça... Et pour ceux que ça intéresserait, il y a même un petit coin pour planter sa tente, avec du vrai faux gazon.

Le système de transport de New York est efficace. Les métros sont fréquents et permettent de se rendre partout en ville. Il faut parfois faire attention car les accès aux stations ne sont pas toujours bidirectionnels, c'est-à-dire qu'il faut connaître la direction dans laquelle on voyage avant de descendre dans la station. Attention en sortant du métro: on est souvent complètement désorienté, à cause des immeubles qui nous enlèvent tout point de repère spatial. Il n'est donc pas impossible que vous partiez vers l'est alors que votre prochaine destination se trouve à l'ouest...

Le métro

Le métro

New York est une ville à visiter impérativement. Ça pue, ça pique, c'est bruyant, mais le déplacement en vaut la peine. Les rues sont toutes plus larges les unes que les autres. L'architecture des gratte-ciel est souvent fantaisiste, parfois audacieuse, toujours impressionnante.

Nous commençons la première journée par visiter la  cinquième avenue et ses commerces. Nous cherchons un Apple Store afin que je puisse faire remplacer la batterie de mon iPhone qui est morte. Nous en trouvons un à la gare centrale et profitons pour visiter ce monument.

Un bon exemple de la démesure de cette ville est l'Apple Store de la cinquième avenue: il est ouvert 24 heures sur 24, 365 jours par année. Oui, si vous avez oublié le cadeau de Noël de fiston, vous pouvez aller acheter un iPod le 24 décembre à 4h30 du matin. Sans commentaire.

Je laisse mon iPhone pour la réparation, nous sortons de la gare et nous promenons dans les rues avant de retourner à l'Apple Store afin de récupérer mon appareil vers 13h45. La vendeuse, après avoir lu mon nom, m'annonce fièrement qu'elle vient de la région de Bari dans les Pouilles, et m'informe dans un italien approximatif mais tout à fait compréhensible que mon téléphone a été endommagé lors de la réparation, et que j'aurai donc un iPhone neuf pour le prix de la réparation. Malheureusement, l'appareil n'est pas disponible dans ce magasin, il faut que je me rende dans autre commerce plus au nord. Pas de problème... on s'y rend, mais après plusieurs dizaines de minutes d'attente, on décide de revenir le lendemain, ce qui me permettra aussi de faire une sauvegarde de mon appareil le soir à la roulotte et de ne pas perdre toutes mes données.

Carrefour

Un carrefour sur Broadway Avenue

 

Le lendemain matin, nous nous rendons directement au magasin pour le remplacement de mon appareil, ce qui se fait quand même assez rapidement cette fois, grâce à Sarah qui s'inquiète auprès d'un employé de feu Steve (Jobs).

Ensuite, Sarah visite un musée, Frick Collection, tandis que je me dirige vers Central Park pour m'y promener et prendre des photos. Sarah va peut-être écrire un article sur Frick alors je n'ajouterai pas de détails à ce sujet.

Central Park est immense. Les amuseurs publics y sont nombreux, mais pas autant que les écureuils. Ceux-ci sont d'ailleurs en plein travail car il leur faut constituer des réserves pour l'hiver qui vient. Se promener dans ce parc à la fois urbain et naturel, avec ses grands massifs rocheux et ses pistes cyclables, procure un sentiment étrange. Bien sûr, on est dans une des plus grandes métropole du monde, mais en même temps on peut trouver une oasis de calme et de sérénité.

Sarah termine sa visite du musée et nous allons manger une salade et un sandwich hors de prix mais heureusement excellents au bel ami café.

Un drôle de personnage dans Central Park

Un drôle de personnage dans Central Park

Nous terminons la journée en nous promenant dans les rues et les avenues, avant de rentrer au campement.

La dernière journée, jeudi, sera consacrée à la visite de "ground zero" et de son musée, ainsi que de "Little Italy", le quartier Chinois et Wall Street. Pour changer, nous nous y rendons en ferry. C'est un peu plus cher que le métro (7$ pas personne), mais l'opportunité de faire une promenade en bateau nous enthousiasme. En plus, le quai d'embarquement est à 50 mètres de la roulotte. On se retrouve ainsi à Wall Street environ 15 minutes plus tard. On ne passe malheureusement pas assez près de la statue de la liberté pour pouvoir admirer ce monument.

Ground zero, l'emplacement des deux tours jumelles du World Trade Center qui se sont effondrées lors des attentats du 11 septembre 2001, nous fait revivre pleinement cette journée dont tout le monde se rappelle. Le musée est pratiquement complètement sous terre, entre la base de chaque tour. On peut y voir, outre des restes de la structure des bâtiments, plusieurs objets et véhicules trouvés lors du "nettoyage".

Un moteur d'ascenseur

Un moteur d'ascenseur retrouvé dans les débris

Une section complète est dédiée aux victimes qui ont perdu la vie lors de ces tragiques événements. Le musée est intéressant et bien fourni. La visite vaut la peine malgré une foule importante qui peut parfois gêner la vue et les déplacements.

"Little Italy", la petite Italie, m'a déçu. C'est en fait un quartier de la ville voué à l'exploitation touristique, et malgré quelques restaurants et bars qui semblent sortir du lot, l'authenticité du lieu est vraiment absente. Isolée au milieu du quartier chinois, elle mériterait de retrouver ses lettres de noblesse dont plusieurs vestiges témoignent d'un passé pas si lointain où les pizza, cannoli siciliani et autres spécialités étaient encore préparées par de veritables immigrants de la botte.

Borne fontaine de Little Italy

Borne fontaine de Little Italy

La petite Italie de Montréal, avec ses parfums et ses marchés, me plait beaucoup plus.

Wall Street est un quartier qui ne mérite pas le détour. Fade et sans âme, imprégné d'une odeur nauséabonde de poubelle et d'égout, un peu comme partout dans la ville d'ailleurs, il n'incite pas à la flânerie.

Ces trois jours à New York nous ont donnés le pouls de la ville, mais pour ressentir le vrai battement il faudrait y rester plus longtemps. Cette trépidation et cette intensité qui mettent tous nos sens en éveil provoquent aussi une fatigue intense. Nous ne regrettons pas de ne pas avoir prolongé notre séjour.

Pour voir toutes nos photos cliquer ici

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *