Palm Springs, Californie


Palm Springs, Californie, et ses environs

Palm Canyon Drive, la rue principale de Palm Springs, Californie

Palm Canyon Drive, la rue principale de Palm Springs

En apprenant le départ en vacances de M. et Mme Obama à Palm Springs, on s’est dit: « tiens tiens, pourquoi pas nous aussi? ». D’autant plus qu’on s’était manqués à Washington. On s’était donné rendez-vous au Starbucks, mais il y en a tellement de ces cafés, qu’on s’est encore manqués! Dommage, moi qui prévoyait faire un peu de shopping avec Michelle, et Giovanni qui voulait se mesurer à Barack au golf. Ce n’est que partie remise, maintenant qu’ils auront plus de temps pour eux…

Notre Passeport America nous a mené au Catalina Spa and RV Resort, à Desert Hot Springs, bien qu’il soit en pleine rénovation. Situation très agréable et calme en plein désert, tous les services pour 22.50$, qui dit mieux?

Même si Palm Springs a un peu perdu de sa notoriété et qu’elle n’est plus ce qu’elle était dans les années cinquante, il y règne encore aujourd’hui une atmosphère unique. Une oasis en plein désert!

Cabot Pueblo Museum

Cabot Pueblo Museum

S’il y a une chose à faire à Desert Hot Springs, c’est la visite de Cabot’s Pueblo Museum qui est en fait la maison de Cabot Yerxa (1883-1965). Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce gars-là était bizarre. Il a passé sa jeunesse à voyager, d’abord et avant tout guidé par ses passions. Du jour au lendemain, par exemple, il partait pour Paris afin d’y faire Les Beaux-Arts ! Une idée l’allumait, et hop! il mettait tout en oeuvre pour la réaliser. Tout au long de ses voyages, il conservait méticuleusement toute sorte d’objets: œuvres d’artisans, photos, antiquités. À l’âge de trente ans, en 1913, il achète 65 hectares de terrain dans le désert de Hot Springs. C’est là qu’il construira sa maison de ses propres mains, avec uniquement des matériaux trouvés et récupérés. Après 24 ans de construction, en 1945 et jusqu’à sa mort, il accueilli les visiteurs intéressés à visiter sa propriété, un musée ouvert au public.

La visite guidée, fort intéressante, permet d’aller au-delà de la première impression qui serait de voir davantage l’oeuvre d’un ramasseur compulsif que celle d’un architecte du recyclage! Un homme qui a fait de sa vie une oeuvre d’art en perpétuelle évolution et qui, au lieu de rêver toute sa vie, a vécu ses rêves! J’avoue que cette visite m’a bouleversé. En sortant de la maison, j’avais l’impression que cet homme avait fait exactement ce à quoi devait servir notre vie: faire ce qui nous rend heureux, sans craindre d’avancer ou de se tromper. Faire confiance à la vie, en ce qu’elle peut nous apporter et se faire confiance, avec ce que nous avons de meilleur à offrir. Un modèle à suivre que ce drôle de personnage !

Chose curieuse, après sa mort, la maison a été abandonnée à deux reprises pendant plus de cinq ans, et croyez-le ou non, tout est resté intact! Aucun héritier intéressé. Pas de pillage malgré les nombreux trésors.

Un rabais Groupon de 50% nous a permis de faire cette visite pour 13$, une vraie aubaine! Je l’aurais même faite pour le double.

La route panoramique pines to palm highway

La route pines to palm highway

Parmi les nombreuses routes panoramiques de la région, nous avons choisi de sillonner la Pines to Palms Highway, une route d’environ 100km qui longe les sommets de la chaîne de montagne à l’est de la vallée. Les vues sont splendides. Nous nous arrêtons pour pic-niquer près du lac Hemet.

La région regorge aussi de sentiers de randonnée de différents calibres, dont la célèbre Pacific Crest Trail qui a fait l’objet du film « Wild », avec Reese Whiterspoon, du réalisateur québécois Jean-Marc Vallée. Nous en parcourons quelques kilomètres au départ de Whitewater Preserve, dans le canyon du même nom. Quelle belle nature!

Le long de la fameuse Pacific Crest Trail

Le long de la fameuse Pacific Crest Trail

On parlait du désert au début de cet article, eh bien si on peut vous donner un conseil, vérifiez l’itinéraire que vous donne votre GPS. À plusieurs reprises, nous nous sommes retrouvés devant une route de terre menant parfois à des terrains privés, et où il est difficile voire impossible de passer sans un véhicule 4×4! Un trajet de dix minutes peut facilement se transformer en une aventure de quarante-cinq minutes à travers les cactus! C’est rigolo les deux ou trois premiers kilomètres, mais au bout d’un moment, ça use les nerfs!

Regardez notre galerie photo en cliquant ici!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*